• Rock Star Vampire d'Yves Bulteau

    Rock Star Vampire d'Yves Bulteau  

    "Tout au fond de moi-même, j'ai toujours su que je n'étais pas comme les autres."

    Selma a 17 ans. Ses sensations sont celles d'un fauve, sa force physique est surhumaine. Elle aime le goût du sang et ne supporte pas la lumière du soleil. Ses parents lui cachent-ils quelque chose de grave, comme une maladie incurable ? La nuit lui inspire des chansons étranges qu'elle poste sur le net. Découverte sur Youtube par un producteur avisé, Selma rejoint un groupe de rock, mené par un jeune guitariste de génie au charme envoutant. Mais la force sombre qui possède Selma lui interdit d'aimer...

    Rock Star Vampire avait pourtant une idée de base intéressante. Malheureusement, le résultat est très loin de ce que la quatrième de couverture laisse entendre.

    La première chose qui m'a dérangé, c'est la distance qu'il y a entre l'héroïne et nous, le lecteur. Tout est raconté comme si on était loin, sans accroche ni affinité, c'est raconté en surface, sans être jamais approfondi. Et c'est là le gros point noir du roman. Rien n'est creusé, que ça soit les personnages ou l'histoire. Je n'ai pas réussi à m'intéresser à quoi que ce soit.

    Selma est distante, froide et sans saveur. Elle aurait pourtant pu avoir du charisme mais ce n'est qu'une ado en mal de repaire et d'identité. Rik, le guitariste, je l'ai bien aimé au début du roman, quand il découvre ce qu'est Selma mais ensuite il ne sert plus à rien. Et je dirais que c'est même parfois un boulet que traîne l'héroïne. Les autres membres du groupe sont tellement transparents que j'ai oublié leur prénom à l'heure d’écrire ma chronique. La musique, qui aurait dû être le cœur du roman n'est en fait qu'un prétexte pour rassembler les personnages. Il n'y a d'ailleurs qu'un seul concert, certes bien retranscrit car il a su me captiver, mais après ça vous pouvez oublier le rock. C'est ensuite une quête identitaire pour l'héroïne.

    L'écriture de l'auteur est simple. Ça se lit facilement mais j'ai quand même traîné pour le lire car je n'y aie pas trouvé d'attrait particulier. La fin du roman m'a laissé une impression de trop grande facilité. Si une suite voit le jour, ça sera sans moi. Voilà un roman dont je suis totalement passée à côté ! Merci quand même aux éditions du Pré aux clercs pour le partenariat. 

    « La guérisseuse et le roi de Barbara WoodLe clan des Nocturnes de Jacquelyn Frank »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :