• Kaleb de Myra Eljundir

    C'est si bon d'être mauvais...

    SAISON 1.

    À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. À la folie. À la mort. Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ? Le premier tome d'une trilogie qui, à l'instar de la série Dexter, offre aux jeunes adultes l'un de leurs fantasmes : être dans la peau du méchant.

    Présenté au club de lecture, j’ai sauté sur l’occasion pour emprunter ce livre. En effet, les avis étant tellement divergents sur ce roman que je n’avais pas osé l’acheter de peur d’être très déçue. J’ai donc débuté le roman en oubliant tout ce que j’avais pu lire sur son compte, vierge de toute idée. Et j’ai bien fait !

    On découvre Kaleb, jeune homme à la beauté du diable qui utilise sans vergogne ses atouts pour charmer les filles. Il compense le manque maternel par ce semblant d’amour que lui procurent les conquêtes d’un soir. Lorsque le « don » de Kaleb se dévoile il croit devenir fou et ne comprend pas bien ce qu’il lui arrive. Il est un EDV, un Enfant du Volcan, sensible aux émanations d’un volcan Islandais. C’est un ado perturbé qui doit faire face à ses responsabilités. Responsabilités qui sont trop grandes pour ses épaules. A la recherche de ses origines, sans repère et seul il va devoir faire des choix. Et parce qu’il est un ado livré à lui-même, dans la vie comme avec sa capacité d’empathie il va faire les mauvais choix. Je me suis prise d’affection pour Kaleb parce qu’il est perdu et seul. Et ce, malgré ses actions. Lorsqu’il utilise son don, il nourrit la « bête » mais est ensuite pris de remords face à ses méfaits. Il garde une touche d’humanité jusqu’à un certain événement, inévitable puisqu’on le manipule depuis le début.

    Face à Kaleb, un panel de personnages est mis en place petit à petit. Chacun prend sa place et tisse sa toile autour du jeune homme. Le père de Kaleb est désemparé face aux attentes de son fils sur ses origines. Robin son voisin et ami baba cool l’aide tant bien que mal, sa seule oreille compréhensive. Le colonel, chef du groupe SENTINEL est un homme froid et calculateur, prend plaisir à torturer et n’a aucune pitié. Son assistante, plus jeune et moins infaillible se dévoile petit à petit. Lucille la petite amie incapable de se défaire du jeune homme qu’elle a dans la peau. Mais chacun cache quelque chose et Kaleb ne peut faire confiance en personne, pas même en lui-même.

    L’écriture est accrocheuse, instinctive et incisive. L’auteure dépeint les émotions de Kaleb de telle manière qu’on pourrait les faire sienne. On change de personnage sans être perdu et la narration change en fonction dudit personnage. Le roman est découpé en cinq parties, comme les cinq states des capacités d’un EDV, Kaleb va évoluer de la même façon pour un final en apothéose.

    Au fil des pages j’ai rapidement été captivée par l’histoire et les personnages. Je me suis posée beaucoup de questions, sur l’entourage de Kaleb, les intentions des uns et des autres. Impossible de lâcher le bouquin, comme droguée par Kaleb. On ressort en manque, avec l’envie de dévorer la suite et d’avoir les réponses à toutes les questions qu’on se pose encore. C’est une très bonne surprise que ce roman, une fois ma chronique finie je dirais même un coup de cœur car oui, j’en veux encore et je suis toujours avec mes questions dans la tête. 

    Kaleb de Myra Eljundir

    Le mâle dans la peau...

    SAISON 2.

    Magnétique et sensuelle, Abigail est l'arme la plus redoutable du réseau SENTINEL. 
    La jeune succube se nourrit de votre énergie vitale et vous consume dans l'extase. 
    Inutile de lutter : l'attraction qu'elle suscite est irrésistible. 
    Même si faire l'amour avec elle, c'est s'unir à la mort. 

    Kaleb Helgusson est plus dangereux encore, car il porte désormais l'empreinte du Mal. 
    Quand leurs routes se croisent, Abigail a beau le repousser, l'empathe l'attire comme un aimant. 
    Au terme d'un affrontement passionnel sans merci, ils découvriront avec effroi ce que la combinaison de leurs dons peut accomplir. 
    Mais seront-ils capables de maîtriser leurs désirs les plus sombres ? 

    Ce deuxième tome est tout aussi bon, voire meilleur que le premier. On retrouve Kaleb, plus perdu que jamais, parti à la rencontre d’Abigail en Irlande. J’aime toujours autant le jeune empathe, il reste fidèle à lui-même, arrogant, dragueur et blagueur. Mais le personnage qui se détache c’est surtout Abigail. La succube rousse est en grande forme et prête  à tout. Sa première rencontre avec Kaleb est plutôt drôle et leur relation est assez représentative de cette entrée en matière. Elle oscille constamment entre attirance et répulsion. La scène entre Kaleb et Abigail est forte en sensualité. Rien d’étonnant quand on sait la nature de la jeune fille. L’auteure expose des scènes sublimes à d’autres vraiment cruelles. Mais c’est toujours un régal. Je n’ai pas été déçue. On suit l’expédition de Kaleb et des autres d’Enfants Du Volcan qu’il rencontre. Je suis d’ailleurs curieuse de voir ce que réserve l’Américaine.

    L’auteure nous manipule autant que ses personnages, elle nous fait croire à quelque chose pour finalement nous amener sur une autre voie. J’avoue que si j’ai soupçonné certaines choses je me suis totalement fait avoir pour d’autres. A la fin, je ne savais même plus à quoi m’attendre. Et cette fin ! Non mais non ! J’ai eu envie de crier de frustration. On nous lâche une bombe et pouf, c’est la fin. Bref, je veux la suite et vite.

    Kaleb de Myra Eljundir

    Tout est bien qui finit mal...

    SAISON 3.

    La prophétie du volcan prédit l’avènement d’une nouvelle ère, initiée par l’Élu… Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu’il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout… Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d’une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.

    J'ai été déconcertée en lisant les premières pages de ce dernier tome. En plus de l'histoire de Kaleb, on découvre le Livre du Volcan. Livre du Volcan qui prend beaucoup (trop?) de place, il représente les trois-quarts de l'histoire. J'avoue, j'ai un gros faible pour Kaleb, et je n'ai pas eu ma dose ! J'aime vraiment ce mauvais garçon à la beauté du Diable. 

    Néanmoins, le Livre du Volcan apporte les réponses à toutes les questions que l'on se pose. Comment tout ça a commencé ? Qui sont vraiment les Enfants du Volcan et les Sentinelles. C'est à travers différentes vies mais un destin commun que l'on découvre les femmes et les hommes imprégnés de la force du Volcan. J'ai été touchée par Hermeda, innocente jeune femme souillée par la jalousie mais aussi par Loki (oui, oui) dont l'esprit libre et farouche va se heurter aux traditions. Chaque personnage du Livre du Volcan est terriblement attachant et extrêmement travaillé.

    L'auteure dévoile son univers ô combien recherché et fantastique. J'ai été captivée par ces histoires qui s'imbriquent les unes dans les autres pour former un tout. Intégrer la mythologie nordique et la légende du Loch Ness est vraiment habile. Myra Eljundir se permet même de jouer son propre rôle !

    On a droit à un final en apothéose, Kaleb fait face au colonel et Abigail révèle sa vraie nature. Les dernières pages sont haletantes et envoûtantes. Je n'ai pas été déçue, même si j'aurais aimé plus de Kaleb. C'est une série à l'image de son héros, de ses héros : sombre, violente et fascinante. Mais elle porte aussi une once d'espoir et de bonté. L'auteur donne une âme aux personnages et vole la nôtre, mais c'est si bon qu'on en redemande...

     

    Kaleb de Myra Eljundir

    Kaleb de Myra Eljundir

    Kaleb de Myra Eljundir

     

    « Anges d'Apocalypse de Stéphane SoutoulL'impératrice de Rome de Kate Quinn »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    2
    Mardi 14 Août 2012 à 14:59

    Ahah malgré tout ce que tu m'as dit l'autre jour (comme quoi tu savais pas si ça me plairait ou non), il me fait toujours aussi envie ^^ Il a l'air excellent ! C'est un coup de coeur pour pas mal de bloggers que je suis du coup ça me rend impatiente de pouvoir le découvrir, même si je sais pas quand j'en aurais l'occasion ^^ Breef, belle chronique !!

    Et par rapport au sms que tu m'as envoyé, pas de soucis pour le livre, prends ton temps. Kaleb étant dans la liste, j'ai un petit doute ? mdr.

    1
    Stephy21
    Mardi 14 Août 2012 à 14:08

    Je suis en train de le lire :) !!! Pour le moment j'aime bien !!!

     

    http://21-au-rendez-vous-litteraire-17.over-blog.com/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :