• Clair Obscur écrit par Lily Haime

    « Il a le regard vairon, des yeux qui m’ont poursuivi pendant des années. Si je l’aime… »

    Gwenn a deux rêves, la danse et Sevan. Après avoir réussi ses auditions à la célèbre Julliard School, il prend sa voiture malgré les conseils de son meilleur ami et roule jusqu’à chez Sevan. Gwenn a l’arrogance de ses dix-sept ans, la prétention des sentiments. Sevan a vingt-quatre ans ; militaire de carrière, il est sur le point de quitter Portland pour se marier. Gwenn repart en cachant ses larmes, démarre trop vite, prend la fuite en faisant déraper les roues de sa Jeep.
    Une seconde d’inattention et un chauffard ivre… Un arbre au bas d’une pente…

    Sept ans plus tard, Gwenn est un jeune homme qui n’a plus rien à voir avec l’adolescent qu’il a été, ce rêveur aux grandes ambitions. Professeur de danse, propriétaire d’un bar en chantier, fils, frère, ami et tonton, il a appris à composer avec une vie différente de celle qu’il pensait mener. Si ses espoirs ont foutu le camp, s’il reste cabossé et rafistolé, il ne cache pas ses cicatrices.

    Quand Sevan revient à Portland, Gwenn a appris à le haïr pour ne plus l’aimer.


     « Une seconde chance, un souffle sur ses lèvres, une main au creux de son dos. Des riens qui changent tout… »
     

    Lorsqu’un nouveau roman de Lily Haime est publié, je ne cherche même pas à lire la quatrième de couverture, je sais pertinemment que je ne serai pas déçue, qu’importe le sujet. « Clair Obscur » ne fait pas exception. Dès les premières pages j’ai immédiatement été happé par l’histoire de Gwen & Sevan.  

    L’écriture de l’auteur est comme toujours : sublime. Elle manie les mots avec habileté, elle réussit à faire passer la colère, la rancœur mais aussi l’amour. On ne prend jamais en pitié Gwen malgré son accident et ses blessures. Je me suis immédiatement attachée à ce jeune homme esquinté par la vie, passionné par la danse. Sevan est un personnage plus en retenu, il cache beaucoup de choses et j’ai pris plaisir à voir son évolution.

    Leur relation ne démarre pas vraiment sur de bonnes bases et j’ai eu mal pour Gwenn à plusieurs reprises. Chaque début de chapitre est du point de vue de Sevan, on le découvre alors au-delà du filtre qu’est le regard du jeune danseur. On apprend les sentiments qu’il ne réussit pas à laisser s’exprimer. Celui qui est le plus brisé par la vie n’est pas forcément celui que l’on croit.

    J’ai aimé que l’auteur fasse de Gwenn un danseur viril et terriblement sexy. Il est loin du physique des danseurs classiques et tant mieux !

    J’ai dévoré ce roman en très peu de temps. J’ai été captivé par l’histoire de Gwenn et Saven, le danseur déchu et le militaire torturé. Gwenn apprivoise Saven, le laissant faire le chemin vers lui sans le brusquer. J’ai apprécié tous les membres de la famille de Gwenn, Lola la petite nièce comédienne et malicieuse, Valentin, l’adolescent rebelle en pleine crise, Pat et Nathan les frères envahissants, Jek le meilleur ami complice ou encore le père de cette famille hors norme qui accepte toute de ces enfants.

    Une fois de plus j’ai passé un très bon moment, moins intense que les précédents romans de Lily Haime mais tout autant captivant. L’auteur entre décidément dans mes auteurs favoris. 

    Editeur : MxM Bookmark
    Date de publication : 7 août 2015
    Standalone
    Prix papier : 20€
    Prix numérique : 5,49€
    343 pages (papier)

    Pin It

    votre commentaire
  • Archiméde (L'effet papillon - 2) de Lily Haime

    « Nos photos sont accrochées au mur… Une nouvelle fenêtre est ouverte… »

    Certaines pages sont difficiles à tourner, certains envols durs à prendre. Il y a ces libertés tellement douloureuses à obtenir. Alexandre et Jamie le savent mieux que quiconque, rien n’est jamais véritablement acquis.

    A Bordeaux, entre leurs amis, leur nouvelle vie d’étudiants,  les jalousies et les difficultés laissées sur leur chemin, ils avancent dans les dédales d’un avenir incertain. Ils tombent, s’accrochent, se cherchent dans un quotidien où subsiste une seule certitude – leur amour.

    C’est un second battement d’aile…

    Comme l’ombre tapie derrière un regard.

    Un nouvel effet papillon…

    Comme leurs mains qui se touchent.

    « Il y a cette photo de moi… Cette porte qui se referme…  Ce second souffle… »

    Faire une chronique sur un tel bijou est un exercice difficile, il me semble compliqué d’expliquer tout ce que j’ai pu ressentir pendant ma lecture. Je vais tant bien que mal tenter de vous faire partager ça.

    Dire que Galilée et sa fin étaient rudes n’est rien en comparaison d’Archimède. J’ai eu à plus d’une occasion les larmes aux yeux, rien ne nous est épargné, j’étais pourtant déjà rudement malmenée la première fois. Là, il n’y aura pas de demi-mesure, il n’y aura pas de moments cachés, tout est dit. On vit tous les instants, les plus durs comme les plus beaux. Alexandre et Jamie sont brisés, l’un moralement, l’autre entièrement. Rien n’aurait dû pouvoir les séparer et cependant, les mots sont à l'occasion plus violents que les coups. Malgré leur amour, puissant et brillant, les blessures de leur passé vont ternir leur couple. Leurs sentiments ne seront parfois pas suffisants... Comment accepter l’autre si l’on ne s’accepte pas soi-même ? Alors, Alex devra faire face, envers et contre tous, et surtout contre lui-même.

    J’ai aimé retrouver toute la bande d’amis : Gaël le geek, Hugo le meilleur ami, Max, Vanessa, Lucie et les autres. Ils sont là, même dans les moments graves, et font ce qu’ils peuvent, quand bien même ce serait peu. On sent leur désarroi face à la descente aux enfers d’Alex, et on partage leur peine.

    Mon petit cœur fut malmené plus d’une fois, chamboulé par tous ces passages durs et nécessaires. Rien n’est simple et, même si l’on comprend Alex, ses décisions n’en sont pas moins difficiles à accepter. C’est une lente reconstruction qui attend nos héros et on les accompagne, le cœur chaviré par leurs cris, leurs baisers et leurs corps-à-corps. Alors, on espère, on veut croire à une fin heureuse, celle qu’ils méritent.

    Il faut parler bien sûr de l’écriture de l’auteur, qui est de toute beauté, sans ça cette aventure n’aurait jamais été aussi touchante. C’est un livre qui va rester longtemps dans ma mémoire. L’histoire d’Alex et Jamie, de leur rencontre fracassante, de leur couple complice et de tout cet amour inconditionnel.

    Edition : MxM Bookmark - Date de parution : 14 mars 2015 - Pages : 300 pages - Prix : 4.99€ (ebook) – 16€ (papier)

    Chronique Place to be

    Pin It

    votre commentaire
  • Les ailes d'émeraude d'Alexiane de Lys

    À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l'orphelinat dans lequel elle vit depuis ses 6 ans. Seule au monde, l'adolescente est lâchée dans la ville. Alors qu'elle vient de se faire violemment agressée par deux inconnus, elle fait la connaissance du mystérieux et séduisant Gabriel. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle fait partie des Myrnes, un peuple ailé doté d'incroyables pouvoirs sensoriels...

    Voilà un roman qui m’a surprise de bien des façons. C’est sans aucune attente que j’ai débuté ma lecture et pourtant, une fois commencé, impossible de le lâcher !

    Cassiopée est une jeune femme attachante. On la découvre entourée des enfants de l’orphelinat qu’elle doit quitter. On sent toute sa détresse et sa solitude de devoir abandonner sa seule famille et de partir sans même un toit sur la tête. On suit ces galères, ces difficultés pour trouver un logement, un travail, sans compter qu’elle va même se faire agresser. Heureusement elle ne va pas faire que de mauvaise rencontre et un jeune homme fort agaçant mais ô combien séduisant va veiller sur elle. J’ai adoré les échanges entre Gabriel et Cassiopée, ils sont piquants et pleins d’humour. Gabriel est arrogant, sûre de lui mais on l’adore et Cass ne peut pas lui résister longtemps. Encore une fois on est victime du syndrome « mauvais garçon ».

    Les personnages secondaires ne sont pas en reste, il y a la sœur de cœur de Cassiopée, Tiphaine, débrouillarde et maligne, Camille, le charmant tuteur calme et doux, les nouveaux amis, Arthur, Ethan, Michael, Tom et bien d’autres encore.

    Mais ce qui m’a le plus passionnée c’est l’univers créé par l’auteur. Voilà enfin quelque chose d’original ! On découvre les Myrmes, des êtres ailés (avec des ailes de papillons) qui vivent en autarcie et dont les sens sont plus développés que ceux des humains. L’auteur a su imaginer un peuple intéressant et même lors des entraînements de Cassiopée je ne me suis pas ennuyée une seule seconde car je voulais toujours en découvrir plus.

    Ce premier tome est plus que réussi, l’auteur évite de tomber dans le sempiternel « tome d’introduction » alors oui, on découvre les Myrmes en même temps que Cassiopée mais on ne reste jamais sur notre faim. J’ai été plus qu’amuser de toutes les références aux X-men et même à certain film comme Shutter Island. Il y a de l’action, de l’humour et une histoire d’amour. J’avoue que j’ai parfois trouvé Cassiopée naïve et aveugle mais ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Avec ces 700 pages « Les ailes d’émeraude » est une très bonne surprise, un coup de cœur même ! Je suis impatiente de découvrir la suite !

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique